Travailler, c’est trop dur, mais se brûler, c’est pas mieux

Passer plus de 40 heures au boulot est inutile et ne stimule en rien la productivité, selon Sara Robinson.

Inquiète de voir ses concitoyens suer à la tâche en moyenne 55 heures par semaine, la blogueuse d’affaires américaine a publié il y a quelques années sur le site du magazine en ligne Salon.com une chronique coup-de-poing invitant les travailleurs à mettre la pédale douce.

En recoupant de vieilles études sur la productivité aux États-Unis, Mme Robinson a constaté que travailler plus de 40 heures par semaine est « stupide, dangereux et représente un véritable gaspillage ». Pire encore, la surcharge de travail hypothèque la santé de votre entreprise et de vos employés.

Ces mêmes études démontrent que les employés qui font un travail intellectuel sont plus productifs quand ils bossent six heures par jour. Pas plus. Au-delà de ce seuil, trop fatigués, ils deviennent carrément improductifs.
Et c’est sans compter l’augmentation des risques d’accidents et d’épuisement professionnels, causant des pertes financières aux entreprises. Comment les patrons ont-ils pu oublier les leçons du passé ?, déplore Sara Robinson.

Cela dit, il est normal, selon elle, de travailler plus de 40 heures, si vous avez des échéances à respecter. Mais dites-vous bien que ce n’est pas parce que vous augmentez vos heures de travail de 50 %, soit de 40 à 60 heures par semaine, que vous produirez 50 % de plus…

Pour lire l’article complet (en anglais seulement) de Sara Robinson, cliquez ici.


Aimeriez-vous discuter de ce sujet avec nous ?
Contactez-nous !